Bienvenue sur le Forum de la Gaule Nazairienne
Bienvenue sur le Forum de la Gaule Nazairienne
Assemblée Générale le 3 Février 2013

Réunion entre amis "carpistes" le 19 Novembre 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réunion entre amis "carpistes" le 19 Novembre 2013

Message par patrice-bizolon le Mar 12 Nov 2013 - 20:05

Amis Pêcheur à la carpe, Carpiste , débutants, confirmées ou tout simplement passionnés.
L'année 2013 se terminant je vous invite à faire un point sur les Parcours de nuit gérés par l'AAPPMA de La Gaule Nazairienne, afin de résoudre les problèmes éventuels rencontrés par chacun.

Pour Débuter l'année 2014 dans de bonnes conditions

L'Ordre du jour Sera :
 Arrow  Les problèmes rencontrés.Essayer bien sur de trouver une solution.
 Arrow  Les idées nouvelles que chacun peut apporter.
Arrow  Une éventuelle ouverture d'une section carpe au sein de la Gaule Nazairienne.
Arrow  Création CPS 44 ( voir sujet a suivre)

Je vous invite donc a venir en discuter ensemble dans la bonne humeur, et pour les personnes ne désirant, ou ne pouvant se déplacer, n'hésitez pas a me joindre par mail,mp ou par tel, je recueillerais vos souhaits, idées; mécontentement...
Bien sur ne connaissant pas tout le monde, vous pouvez faire passer le message pour toucher le maximum de personne.

RENDEZ -VOUS MARDI 19 NOVEMBRE A 18H00
BAR/ PMU LA RESIDENCE A L'IMMACULE

INFO SUR UNE CPS

Nous venons vous annoncer par ce présent message la création d'une toute nouvelle cellule de l'Union Nationale des Carpistes Libres, une cellule consacrée à la création et le suivi de Comissions Pêche Spécialisées en France, cette cellule va travailler par département, sur les acquis des premières CPS, sur des supports déjà réalisés, avec l'aide de personnes compétentes en ce domaine.

Voici un texte mis en place par plusieurs CPS, afin de mieux vous expliquer leurs rôles.

_________________________________________________

La dynamique carpiste et son implication associative.

La pêche moderne de la carpe, au même titre que de nombreuses autres approches techniques spécifiques de la pêche de loisir en France (silure, carnassier, ou encore les techniques dites « à l’anglaise »…), correspond à une pratique de plus en plus représentée et à laquelle le tissu associatif halieutique n’a eu d’autre choix que de s’adapter.


Depuis 1994, les parcours de pêche à la carpe de nuit fleurissent un peu partout en France selon cette dynamique d’implication associative, avec des conséquences diverses et variées allant de situations de crises en conflits, ou au contraire, pour les département ayant acceptés la mise à contribution et l’implication de ces pêcheurs spécialisés au sein même des AAPPMA ou des fédérations départementales, de réelles mises en valeur du patrimoine halieutique et une entente cordiale débouchant sur un équilibre des différentes pratiques, tant dans l’intérêt des pêcheurs que de celui du patrimoine dont ils profitent au travers de leur activité.
Parmi les départements précurseurs ayant mis à profit la dynamique carpiste, notons bien sur l’Aveyron, le Bas-Rhin, mais aussi, plus près de nous les Deux-Sèvres ou encore la Charente Maritime et la Vendée.
De plus en plus de départements, de sociétés, suivent aujourd’hui ces exemples et tentent de mettre à profit un consensus intelligent afin, notamment, de redresser la perte de vitesse de l’activité pêche en France.
C’est ainsi que fleurissent ici et là les AAPPMA comptant des carpistes au sein de leur conseil d’administration ou même de leur bureau, mais aussi des fédérations acceptant la création de ces fameuses « commissions pêche spécialisées » dont nous verrons la composition et les propositions plus avant…
Les dissidents ne sont pas tous carpistes, tout comme les carpistes ne sont pas tous dissidents ! Et il est indéniable qu’aux vues des réelles évolutions palpables ici et là, les carpistes les plus motivés et engagés à être acteurs de leur passion plus que simples spectateurs ont su apporter une dynamique nouvelle au loisir pêche en général, et donc dans l’intérêt de tous.
Pour preuve leur implication concrète dans les récents débats relatifs à la LEMA et à ses projets plus qu’inacceptables pour l’avenir de la pêche de loisir en France… Pour preuve aussi la mise en valeur de certains problèmes de fond portant atteinte certes directement au carpiste, mais aussi et surtout au gestionnaire du patrimoine piscicole, à savoir le trafic de carpes trophées vers les eaux privées et par lui le pillage en règle de ce même patrimoine piscicole.


Les CPS, une force de communication et de proposition.

Comme dans de multiples domaines, le principal écueil à l’efficacité d’une quelconque démarche ou décision est l’incompréhension par manque de communication. Pour preuve les traditionnels préjugés ayant enfermés carpistes et sociétés halieutiques dans des carcans de « on dit ».
Il est entendu qu’avec un minimum de bon sens la plupart de ces préjugés, de part et d’autres, ne tiennent absolument pas debout ! Mais pour véritablement le réaliser et de fait franchir le pas et passer à autre chose, il est absolument nécessaire de communiquer et d’entretenir cette communication dans le temps.
L’une des vocations des CPS est de proposer cet échange entre autorités halieutiques et carpistes, en se faisant d’un côté le porte-parole (information mais aussi sensibilisation) de la fédération vers les carpistes, mais aussi des carpistes vers la fédération et par elle les AAPPMA.
Cela peut concrètement toucher de multiples domaines concernant les règles de pratique de la pêche de nuit propres à chaque site concerné, mais aussi les problèmes ponctuels susceptibles d’intervenir comme la remontée d’information sur des actes de pollution du milieu aquatique, de braconnage, de mortalité inexpliquée, etc…
Une CPS peut de fait se révéler être un vecteur incontournable entre la communauté carpiste, ses spécificités d’exercice, et le gestionnaire, pour une meilleure pratique et une meilleure gestion de la pêche.
Les arcanes de la législation peuvent être aussi troubles et tourbillonnantes que les eaux d’une rivière en crue, en particulier dans le contexte actuel de la LEMA et par elle du remodelage du tissu associatif halieutique français. Certaines spécificités nouvelles sont susceptibles d’apparaître comme entre autre l’inclusion d’un cinquième alinéa à l’article L436.16 du code de l’environnement, un alinéa demandé par la communauté carpiste au niveau national et visant à interdire le transport de toute carpe vivante de plus de 60cm pour les pêcheurs amateurs.
Ce texte ayant pour vocation la lutte contre le trafic de carpes trophées n’attend plus qu’un vote définitif de l’assemblée nationale et du sénat pour être applicable, il apparaît donc comme essentiel qu’une logistique intelligente structurant les carpistes et l’associatif pêche soit mise en place afin de le faire appliquer de la façon la plus efficace possible. C’est cela aussi une CPS « carpe »…
Une force de cohésion pour le respect des lois attenantes à la pratique carpiste !

Une commission pêche spécialisée se veut aussi force de proposition et ce sur de multiples niveaux. Il y a bien évidemment la thématique récurrente au carpisme, à savoir la pêche de nuit, à laquelle le bon sens veut adjoindre les qualificatifs de raisonnée et durable, dans l’intérêt des pratiquants comme dans celui du milieu où s’exerce cette même pêche de nuit. Les personnes qui se proposent à la création d’une CPS disposent d’outils de diagnostique, d’analyse et font valoir leurs compétences en tant qu’eux-mêmes carpistes pour à la fois définir et entretenir les parcours existants et à venir, ceci en accord avec les multiples parties prenantes concernées par cette pratique de la pêche de nuit.
La pêche de nuit obéit à des contraintes qui doivent être conjuguées avec les ressources et les obligations des sites concernés et bien sur dans le total respect des gens jouissant de ces mêmes sites au travers de leurs propres activités, halieutiques ou non.

Là est l’aspect raisonnée de la pêche de nuit pour la CPS :

- Etude des sites susceptibles d’accueillir la pêche de nuit sur l’ensemble du réseau hydrographique départemental en fonction des caractéristiques à la fois piscicoles et environnementales (Ce n’est pas parce qu’une rivière est en deuxième catégorie qu’elle est nécessairement intéressante pour la pêche de la carpe, exemple : Le Gesvres sur sa partie amont. De la même façon un secteur classé ZPS, au même titre qu’une réserve piscicole, ne peut être mise à mal par la présence de pêcheurs de nuit)

- Etude de la donnée humaine intervenant sur les sites retenus, comme élément restrictif à la pratique de la pêche de nuit.

- Etude de la cohésion entre la pratique de la pêche de nuit et les autres activités sur les sites retenus, afin d’éviter toute forme de conflit.

- Etude des critères d’accessibilité et de contrôlabilité des sites retenus, l’idée étant d’offrir des parcours adaptés aux différents carpistes (parcours accessibles pour les jeunes disposant de peu de ressources pour leurs déplacements, parcours sauvages et/ou techniques pour les pêcheurs plus chevronnés et disposant des moyens nécessaires, parcours contrôlables par les autorités en fonction des moyens de ces mêmes autorités, prise en compte de la donnée « sécurité » au travers de l’accessibilité.)

La notion de durabilité est liée aux actions permettant une gestion cohérente des zones de pêche de nuit dans le temps.

En effet l’idée n’est pas tant d’ouvrir des parcours que d’assurer une logistique permettant leur durabilité, cette donnée étant liée principalement à l’attitude des carpistes puisque les parcours défini seront « raisonnablement » adaptés à la fois à leurs besoins et aux contraintes environnantes…

- Mise en place de chartes de bonne conduite, d’un balisage, l’idée majeure étant ici d’informer et de sensibiliser le pêcheur sur sa conduite et ses impacts aux travers de sa pêche. Pour résumer simplement : « Vous trouvez le parcours trop petit ? Attachez-vous à le respecter, à respecter les autres, et vous en aurez le double »

- Etude sur la mise à disposition d’éléments permettant d’entretenir ces parcours, comme disposer des poubelles, réaliser des emplacements de parking, entretenir les mises à l’eau (autant d’éléments qui plus est qui se révèlent utiles certes pour les carpistes mais aussi pour les autres pêcheurs et les autres usagers de l’eau…), ceci en accord avec les collectivités territoriales et les différents intervenants gestionnaires ou propriétaires privés des sites concernés.

- Organisation d’événements permettant la promotion des sites, de la pêche, via la dynamique carpiste (compétitions, nettoyage régulier des secteurs de nuit, inclusion des activités des écoles de pêche intéressées dans le contexte de ces parcours…)

- Mise à contribution de l’associatif carpe (clubs) comme moyen d’entretenir les sites, comme moyen d’informer et de sensibiliser les carpistes sur leurs droits et devoirs. Donner l’impulsion de la dynamique carpiste, l’entretenir et l’architecturer.

Il va de soi que la pêche de nuit n’est qu’un élément de la pratique carpiste, l’ensemble des éléments de « raison » et de « durée » sont fondés sur le développement et la cohésion de cette pratique en général, le but étant, au-delà de la seule pêche de nuit, d’aboutir à une pratique adaptée, adaptable, intelligente car en accord avec l’ensemble des données contextuelles au fur et à mesure de leurs évolutions.

La composition d’une CPS.

Une commission pêche spécialisée n’a de sens que parce que représentative de la spécialité qui justifie son existence, en l’occurrence en ce qui nous concerne : les carpistes. Sa composition mise donc sur l’activisme d’une délégation représentative des carpistes au sein d’un département. Elle implique une délégation des clubs carpistes reconnus mais aussi des pêcheurs indépendants et dans une moindre mesure des mouvements nationaux carpistes (CarpOuest...). Elle implique aussi la présence des acteurs majeurs liés à l’activité carpiste et ayant partie prenante aux différents dossiers concernant la commission.
Il s’agit en l’état de la fédération départementale et par elle des AAPPMA… Peuvent aussi être impliqués suivant la nature des dossiers en question des intervenants non pêcheurs mais dont les compétences se révèlent indispensable à une approche objective, concertée et donc efficace de ces mêmes dossiers au cas par cas. (Autres pêcheurs, élus locaux, DDAF, représentants d’associations écologistes, etc…)

La place d’une CPS au sein d’une fédération départementale.

Il est évident qu’une commission pêche spécialisée n’a pas comme vocation de se substituer à l’entité légitime que représente une fédération ou une AAPPMA. Elle doit davantage être considérée comme un outil mis à sa disposition, au même titre que n’importe quel bénévole souhaitant contribuer activement et concrètement au développement de sa passion.
Il s’agit d’une entité constituée autant que faire se peut de façon représentative, en complet volontariat, s’engageant à offrir ses compétences et ses propres outils de communication et de diagnostique (implication au sein des clubs locaux mais aussi auprès des associations nationales comme la FFPSC gn carpe ou CarpOuest) dans l’intérêt des pêcheurs en général.
Elle se veut une force de proposition, de dialogue, de concertation et au besoin d’action selon les décisions de la fédération et des AAPPMA qu’elle représente. Il ne s’agit nullement d’une association mais bel et bien d’une commission fondée sur le volontariat, elle ne prétend à aucune fonction autre que celle que la fédération jugera utile de lui conférer en regard des compétences et de la dynamique que cette même commission représente.

L’aspect raisonné que prône une CPS est fondé sur des outils analytiques, pragmatiques, mis en concertation avec l’ensemble des parties prenantes au développement de la pêche de la carpe.
En tant que commission spécialisée, sa vocation est de travailler principalement sur le registre de la pêche de la carpe, offrant de fait une opportunité à une fédération départementale de bénéficier d’un interlocuteur/acteur aussi qualifié que motivé. Le réalisme et l’efficacité que les outils et la méthode d’une CPS « carpe » est susceptible d’apporter ont déjà faits leurs preuves auprès de multiples fédérations ; Leur bien fondé a d’ailleurs été reconnu auprès de l’instance que représente l’UNPF par la voix de son président Claude Roustan.
La durabilité s’inscrit parfaitement dans le contexte contemporain visant à progressivement impliquer les acteurs de l’environnement, et donc les pêcheurs en tant qu’usagers de l’environnement. Cette donnée s’accorde aussi bien dans une logique purement halieutique que de gestion/promotion des milieux aquatiques en intervenant à de multiples niveaux. Une CPS est une opportunité de travail concerté misant sur l’évolution et donc l’avenir, pour une pêche de qualité qui se doit d’être progressiste, certes, mais aussi compétente, intelligente, adaptée et adaptable.
Une CPS n’est pas la solution à un problème, mais une possibilité engagée de travailler sur un problème et à long terme un outil évitant l’apparition de ce problème.


------------------------------------------------------------------------

Venez nous rejoindre en cliquant sur le lien suivant, une fois inscrit sur le forum, ajoutez votre nom à la liste, un accès CPS vous sera ensuite autorisé...

.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
patrice-bizolon
Admin
Admin

Messages : 244
Date d'inscription : 12/02/2012
Age : 48
Localisation : DONGES (44)

http://www.bipeurs-fous.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum